Marcel Aymé – le Loup

Le loup (1) – Marcel AYME – Les contes bleus du chat perché

 

Caché derrière la haie, le loup surveillait patiemment les abords de la maison. Il eut la satisfaction de voir les parents sortir de la cuisine. Comme Ils étaient sur le seuil de la porte, ils firent une dernière recommandation.

  • -         Souvenez-vous, disaient-ils de n’ouvrir la porte à personne, qu’on vous prie ou qu’on vous menace. Nous serons rentrés à la nuit.

Lorsqu’il vit les parents bien loin au dernier tournant du sentier le loup fit le tour de la maison en boitant d’une patte, mais les portes étaient bien fermées. De côté des cochons et des vaches, il n’avait rien à espérer. Ces espèces n’ont pas assez d’esprit pour qu’on puisse les persuader de se laisser manger. Alors le loup s’arrêta devant la cuisine, posa ses pattes sur le rebord de la fenêtre et regarda à l’intérieur du logis.

Delphine et Marinette jouaient aux osselets devant le fourneau. Marinette, la plus petite, qui était aussi la plus blonde, disait à sa sœur Delphine.

  • -         Quand on n’est rien que deux, on ne s’amuse pas bien. On ne peut pas jouer à la ronde.

  • -         C’est vrai, on ne peut jouer ni à la rode ni  à la courotte malade

  • -         Ni à la mariée, ni à la balle fondue

  • -         Et pourtant qu’est-ce qu’il y a de plus amusant  que de jouer à la ronde ou à la paume placée ?

  • -         Ah ! Si on était trois…

Comme les petites tournaient le dos, le loup donna un coup de nez sur le carreau pour faire entendre qu’il était là. Laissant leurs jeux, elles vinrent à la fenêtre en se tenant par la main.

  • -         Bonjour, dit le loup. Il ne fait pas chaud dehors. ça pince, vous savez.

La plus blonde se mit à rire, parce qu’elle le trouvait drôle avec ses oreilles pointues et ce pinceau de poils hérissés sur le haut de la tête. Mais Delphine ne s’y trompa point. Elle murmura en serrant la main de la plus petite :

  • -         C’est le loup.

  • -         Le loup ? dit Marinette, alors on a peur?

  • -         Bien sûr, on a peur.

Tremblantes, les petites se prirent par le cou, mêlant leurs cheveux blonds et leurs chuchotements. Le loup du convenir qu’il n’avait rien vu d’aussi joli depuis le temps qu’il courait par bois et par plaines. Il en fut tout attendri.

  • -        

  • -Mais qu’est-ce que j’ai ? pensait-il, Voilà que je flageole sur mes pattes.

A force d’y réfléchir, il comprit qu’il était devenu bon, tout à coup. Si bon et si doux qu’il ne pourrait plus manger d’enfants.

Le loup pencha la tête du côté gauche, comme on fait quand on est bon, et prit sa voix la plus tendre :

  • -         J’ai froid, dit-il et j’ai une patte qui me fait bien mal. Mais ce qu’il y a surtout c’est que je suis bon. Si vous vouliez m’ouvrir la porte, j’entrerais me chauffer à côté du fourneau et on passerait l’après-midi ensemble.

Les petites se regardaient avec un peu de surprise. Elles n’auraient jamais soupçonné que le loup put avoir une voix aussi douce. Déjà rassurée, la plus blonde fit un signe d’amitié, mais Delphine, qui ne perdait pas si facilement la tête, eut tôt fait de se ressaisir.

  • -         Allez-vous-en, dit-elle, vous êtes le loup.

  • -         Vous comprenez, ajouta Marinette avec in sourire, ce n’est pas pour vous renvoyer, mais nos parents nous ont défendu d’ouvrir la porte, qu’on nous prie ou qu’on nous menace.

Cette entrée a été publiée dans Livres. Bookmarquez ce permalien.

5 réponses à Marcel Aymé – le Loup

  1. Unknown dit :

    Bonjour j\’ai bien aimé l\’histoire du loup!!!! un bon moment! merçi… je vous ajoute à mes amis,acceptez! merçi…

  2. Pierre dit :

     
     Bonjour Annie,
     
     Toute l\’enfance qui revient en lisant cela et … elle est déjà loin !
     
    Bonne Journée
     
    Pierre

  3. Jean-Claude dit :

    Marcel Aymé bien sur que j\’ai aimé
    Merci pour le Devos
    Bisous
    JC

  4. cacarinette dit :

    coucou Annie
    t\’aime pas les vacances???
    trois semaines c\’est toujours bon a prendre, même
    si celles-ci passe vite !!!
    en attendant c\’est les miennes et je les garde….lol
    bisesssssssss
     

  5. Bernadette dit :

     Un de mes billets fait référence à cet auteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s